L’image de soi que l’on projette: identité numérique

Déposez-vous sur Internet des photos, des textes, des vidéos de vous? Ces traces que vous laissez définissent votre identité numérique sur le Web. Une fois ces informations sur le Net, savez-vous qu’il est presque impossible de les retirer?

babillard-cyberreputation-prevenir-2L’image que les autres se font de nous: cyberréputation

Quelle image les gens peuvent-ils se faire de vous à partir des traces que vous laissez? Cette image est-elle positive ou négative? Est-ce qu’elle vous représente bien? Seriez-vous à l’aise qu’un éventuel employeur en prenne connaissance? Cette image que l’on peut se faire de vous à partir du Web, c’est la cyberréputation.

L’image que l’on projette de quelqu’un d’autre:

Avez-vous déjà publié sur le Web des photos, des vidéos, des textes concernant vos amis, enseignants ou employeurs? Ces publications peuvent blesser et même avoir des conséquences très négatives sur leur réputation. Dans certains cas, on pourrait prétendre que vous faites de la cyberintimidation et intenter des poursuites judiciaires contre vous.

Droit à l’image:

Est-ce légal de publier la photo de quelqu’un d’autre? Bien des gens ne savent pas que l’utilisation d’images (photos, vidéos) d’une autre personne sans son consentement est illégale et peut être matière à poursuite.

  • Vous déposez sur le Web votre travail de fin d’études pour que vos amis puissent le lire. Votre travail est truffé de fautes d’orthographe. Quatre ans plus tard, vous postulez pour un poste d’enseignant au primaire et un des membres du comité de sélection retrouve ce texte.

02-cyberreputation1-texto-samuel_VF_SansNom

  • Un ami vous prend en photo, complètement nu, assis sur le siège de toilette. Vous trouvez la photo très drôle et la déposez sur votre mur Facebook. Peu de temps après, vous vous présentez comme candidat à une élection. Rapidement, les journalistes retrouvent la photo et la publient.
  • Dans la classe, un étudiant filme son professeur à son insu et dépose la vidéo sur YouTube.
  • Dans la page « Spotted » de votre cégep, vous mettez en doute les qualifications professionnelles de votre enseignant en diffusant des commentaires qu’il a émis sur l’un de vos travaux.
  • Sur Twitter, vous concluez que quelqu’un est raciste parce que cette personne a écrit « Le Québec aux Québécois ». Or, en lisant mieux, vous vous seriez rendu compte que la personne dénonçait justement ce propos.
  • Vous faites un commentaire sur une photo d’une amie qui embrasse une autre fille. Vous n’avez en tête que de faire une blague en laissant sous-entendre qu’elle est lesbienne.
  • Sur la page Spotted de votre collège, vous parlez d’une enseignante en disant qu’elle est la pire prof à vie, qu’elle est incompétente et qu’elle ne connaît pas sa matière.
  • Un collègue de classe écrit sur Twitter que vous auriez été vu en train de voler dans la caisse du café étudiant.

Gérer son identité numérique

Avant de publier du contenu personnel, interrogez-vous sur l’utilisation que l’on peut en faire. Soyez conscients que sa diffusion peut être rapide et massive. Une fois publiée sur Internet, une information peut être difficile à retirer. Ceci est d’autant plus vrai si quelqu’un en a fait une copie.

Vous devez donc contrôler la diffusion des informations que vous laissez sur Internet. Limitez la diffusion de vos données personnelles (coordonnées, courriel, photos, date de naissance, etc.). Aussi, réfléchissez avant de publier. Donneriez-vous accès à un étranger rencontré sur la rue à vos publications ? Non! Alors, pourquoi les mettre sur Internet et risquer qu’elles deviennent publiques?

02-cyberreputation2-texto-Émilie_VF_SansNomCyberréputation

Pour contrôler l’image que l’on peut se faire de vous, suivez ces quelques recommandations :

  • Restreignez l’accès à vos réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google+…) à de « vrais amis» et non à des connaissances ou à tous les internautes.
  • Comprenez le sens des paramètres de diffusion des sites que vous utilisez et les répercussions qu’ils ont sur la facilité de trouver de l’information sur vous. Par exemple, gardez la diffusion d’un vidéo YouTube en mode privé ou en mode non répertorié afin qu’un étranger ne puisse pas le trouver par une simple recherche dans Google.
  • Sur les réseaux sociaux,bloquez l’affichage de commentaires dans votre espace personnel sans votre permission. Aussi, n’autorisez pas que l’on vous identifie sur une photo sans votre permission.
  • Comprenez le sens des paramètres et les limites des outils de communication que vous utilisez. Par exemple, Twitter ne permet que 140 caractères, cela peut limiter votre intervention ou entrainer des sous-entendus non désirés.

Image que l’on projette de quelqu’un d’autre

Lorsque vous écrivez sur un sujet, cela peut impliquer vos amis, votre famille, votre école ou votre employeur.

  • Assurez-vous que ce que vous écrivez sur les autres ne les affecte pas.
  • N’agissez jamais sur un coup de tête. Prenez le temps de réfléchir. Une fois que le message est envoyé ou publié sur Internet, vous ne maîtriserez plus sa diffusion.
  • Ayez toujours en tête que les messages diffusés sur Internet transmettent parfois mal le ton d’une conversation, et ce, malgré l’utilisation d’émoticônes.
  • La ligne est parfois mince entre une critique et de la cyberintimidation.

Droit à l’image

Lorsque vous publiez une photo d’un groupe ou d’un individu, vous impliquez ces personnes.
Ici, la règle est simple : ne diffusez jamais des images de quelqu’un sans avoir son autorisation explicite. Aussi, ne présumez jamais de son autorisation.

Afin de vérifier quelle image on peut se faire de vous, il est recommandé d’effectuer régulièrement une recherche des informations vous concernant sur Internet (photos, commentaire, texte, etc.). Faites une recherche à partir de votre nom en utilisant un moteur de recherche (Google, Bing, Yahoo, etc.) ou directement sur les sites de réseaux sociaux.

Si certains contenus semblent nuire à votre cyberréputation :

  • Retirez les publications douteuses que vous avez vous-même déposées sur vos sites.
  • Refaites une vérification des configurations/paramètres de sécurité de vos profils sur les médias sociaux ou sur les sites de réseautage social.
  • Contactez les gens qui ont publié sur vous en leur demandant de retirer le contenu qui vous concerne. S’ils refusent ou ignorent vos demandes, contactez les fournisseurs qui hébergent le contenu inapproprié et demandez-leur de le retirer.

Si l’on vous demande de retirer une communication offensante que vous avez publiée, réfléchissez à l’impact qu’une telle communication aurait eu sur vous si quelqu’un l’avait écrite à votre propos. Dans la majorité des cas, vous concéderez qu’il est préférable de retirer cette communication.

Dans tous les cas, retirez de vos sites toutes les photos d’autrui qui n’auraient pas été autorisées.

Finalement, si une publication prend une ampleur telle qu’elle engendre des conséquences psychologiques sérieuses, on parle alors de cyberintimidation.

Dans tous les cas, ne gardez pas pour vous ce qui se passe. Parlez-en à une personne de confiance tels un parent, un ami ou le Service aux étudiants de votre collège.